Billet d’humeur – « Joyeuse fête des femmes ! »

Il y a pile une semaine, nous étions le 8 mars. « Okay », me direz-vous, mais encore ? Et bien chers amis, et chers compatriotes, braves citoyens du monde, il se trouve qu’en cette date nous célébrions la journée internationale des droits de la femme. « Ah voilà, encore une féministe à deux balles ! Qu’est-ce qu’elle va encore nous raconter celle-là ? ». Oui, oui, ne faites pas genre on vous connait, dès qu’on commence à évoquer quelque chose sur la condition des femmes on a le droit à ce genre de réactions ! Comme c’est mon billet d’humeur, et pas le vôtre, j’en appelle à votre calme parce qu’on ne peut pas tous s’énerver ici…

Je souhaite m’adresser en premier à vous messieurs (et oui galanterie oblige) mais à vous aussi mesdames (attendez, j’arrive à votre cas). Hommes, je vous apostrophe et vous somme de répondre ! Peut-on savoir ce qui s’est passé pour que de la journée internationale des doits de la femme, devienne pour vous la journée de la femme ? Non mais attendez avant de dire que je suis une malade, je vous explique… Comment se fait-il que vendredi dernier mon téléphone portable s’est retrouvé assaillit de textos pré-rédigés, de notes vocales et de photos à la pseudo gloire des femmes, accompagnés de messages complètement mièvres du style : « Joyeuse fête des femmes, sans vous nous ne serions rien ». Attention, votre sollicitude me touche. Mais vous croyez que c’est la Saint Valentin ? La fête des mères ? Mon anniversaire peut-être ? Ou bien ? Là on n’est pas en train de parler d’un rendez-vous annuel un peu light qui fait plaisir les gars. On parle d’un jour qui commémore et encourage la lutte des femmes pour leurs droits durement acquis, mais surtout toutes les inégalités entre les sexes qui restent encore à supprimer. Ça vous parle ? « Oui bah de toute façon vous n’êtes jamais contentes ! Quand on fait pas attention, on dit que les hommes ne sont pas impliqués et quand on vous montre qu’on y pense, ça ne suffit pas ! ».

Alors je ne vais pas vous mentir, c’est la première année que je me penche sur la question parce que jusque-là je n’en avais pas grand-chose à faire. Et là je m’adresse aux féministes : calmez-vous ! Je n’ai pas dit que la cause ne m’importait pas, mais l’évènement. Je suis une femme donc je pense être complètement concernée, que je le veuille ou non, c’est évident. Mais je me suis toujours dit que finalement qu’est ce que c’est une journée dans l’année où on se penche sur la problématique ? Rien Cindy, rien… Demain tu vas retourner au boulot, croiser des gens qui vont te faire des blagues sexistes, subir du harcèlement de rue, tout ça pour un salaire plus bas que celui de ton collègue Kévin. Et ça, même si t’as déclaré ta meilleure paire de talons pour l’occasion, dans l’optique que le selfie que tu as pris dans le couloir de ton appartement glane quelques likes sur instagram. Hashtag journée de la femme, hashtag féminisme, hashtag joyeuse journée de la femme, hashtag fight… En vrai tu fais quoi ? En vrai on fait quoi ?

Qu’est-ce qu’on se contente de peu…. Alors mesdames, messieurs un conseil : en cette journée qui arrive une fois l’an, pensez plus, remettez-vous en question, agissez et par pitié oubliez-moi.

Nawal.B

©cc/makeitmooove

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s