Instagram, le Rococo du 21ème siècle

Nous connaissons presque tous Instagram, paradis de quelques Kim Kardashian, Kylie Jenner, Dwayne Johnson, Beyoncé ou Ariana Grande. Un service numérique peu commun, diversement considéré ou utilisé, mais très controversé.  Que dit-il de nos centres d’intérêt ? Met-t-il en lumière des aspects déjà existants de notre société ?

Le style Rococo appelé aussi Rocaille, est le style de la noblesse française du 18ème siècle. Il se manifeste dans les arts de la peinture, l’architecture, l’ameublement, et dans une moindre mesure, la musique et la littérature. Notre cher et tendre Instagram, et feu ce mouvement artistique (supplanté en 1789 par une révolution, suivie d’un nouveau style officiel), ont beaucoup en commun !

Le Rococo naquit à la fin du règne austère de Louis XIV, il est donc le produit d’une révolution des mœurs, exprimée par des excès de la Cour, vers la futilité. Place aux mondanités, quelques parties de jeux érotiques, libertinages et somptueuses fringues autour de fastueuses victuailles, saupoudrées de bijoux en pierres précieuses, pendant que le petit peuple crevait la faim.

Rococo ou Insta, même combat 

32372977_2117722558509402_3793158727478018048_n copie copie

Dans l’espace virtuel du « Regardez ma vie est belle !», la qualité et la disposition des clichés, sont pour certains essentielles. Il nous est plus ou moins facile de concevoir une galerie, d’une centaine de selfies différents, mais le plus souvent, ils sont tous semblables en substance : agrémentés d’une petite moue (avec ou sans botox). Faire des photos de félicité après 5 minutes de sport, ou l’unboxing d’un maquillage et sa mise en pratique, mais le top du top de l’instagramable reste les clichés de quelques voyages à Mykonos, Amsterdam, New-York, LA, Paris, Venise ou Dubaï. Se montrer dans les plus grands restaurants, hôtels, cafés à 5 euros, autour du monde ou demander l’avis crucial des followers pour mieux choisir un vêtement, tout est sujet à poster une image. Qu’importe qu’il s’agisse d’un magasin qui a dû pisser sur les droits de l’enfance au Bangladesh, pour offrir la possibilité aux consommateurs de montrer leur pouvoir d’achat, en l’exhibant sur internet. Instagram est arrivé après la crise économique de 2008 et l’apparition des téléréalités en démodant Facebook, devenu l’outil des vieux.

32293661_2117722725176052_4682444440692850688_n copie.jpg

IMG_6199

À la manière du Rocaille du 18ème, il exalte les richesses relativement réelles, crée un grand paradoxe entre le fantasme et la réalité. Il est le témoignage d’une plus ou moins bonne situation financière, et nous invite à pratiquer le voyeurisme par le désir du jardin d’à côté.

Remettre les pendules à l’heure

Non, non, je ne désapprouve ni le Rococo, ni Instagram, et certainement pas les utilisateurs qui sont, à mes yeux et dans mon travail, une source d’inspiration esthétique. Un jugement binaire n’a donc pas grand intérêt. (Dans un prochain article, j’expliquerais peut-être, quelle approche faut-il avoir avec les mouvements artistiques, et quel est le meilleur moyen d’appréhender les œuvres et les concepts sans amour, ni désamour.).

IMG_6189.jpg

Mais considérons un instant cet engouement numérique du paraître. Même si cela n’est pas toujours le cas, il y a quelques créations originales, en dépit de cette banalisation du « beau ». L’omniprésence d’un culte ou quête d’un véritable soi : phénomène qu’il ne faut pas chercher à rejeter, mais essayer de comprendre. Après tout, il est intéressant d’appréhender son devenir en le mettant en parallèle d’un mouvement artistique.

 Plus loin que le bout de son nez

L’art, les styles et idées de production sont généralement appréciés par un public toujours un peu lent. C’est d’ailleurs seulement vers la fin de l’inspiration de l’artiste, voire même après sa mort : le fameux cliché de l’artiste incompris. Par exemple les cas de Vermeer, Edgar Allan Poe, Manet, Van Gogh, Gauguin, Modigliani et beaucoup d’autres… Un conseil : achetez de l’art quand l’artiste n’est pas mort et inconnu, vous ferez une superbe affaire en prenant des risques.

Là où je veux en venir : Instagram a d’abord séduit le peuple, en quête du quart d’heure de célébrité, puis les artistes, qui s’en servent et le détournent pour essayer promouvoir leurs travaux ! J’ai pris plaisir à suivre des profils qui rompent avec l’idée du beau ou qui encouragent même l’esthétisme du laid, pour finalement remettre en perspective l’importance que l’on accorde aux futilités.

Les perspectives d’une utopie

Les peuples pourraient, dans un avenir proche, grâce à l’investissement sincère des artistes, aider ces derniers à promouvoir l’art et la culture de façon désintéressée. On pourrait même se dire que cette application pourrait y contribuer, mais cela relève d’une utopie, car être artiste, c’est un métier long et onéreux qui a besoin d’un public réel, et non virtuel pour exister.

Même si l’on remarque plus souvent un engouement viral pour le drôle, le superficiel et les lolcats, Instagram offre sans doute un plus large panel de moyens d’expression artistiques instantanés. Il est pour le moment, le Rococo du 21ème siècle, mais si les artistes décidaient de s’en emparer sans retenue, alors nous aurons accès à des fonctions presque aussi créatives que la suite Adobe !

DDF5A18A-CDE3-4AA8-A8B7-90930DB94F01.image copie.jpg

Et si vous n’êtes toujours pas d’accord avec moi, et considérez toujours cet outil indigne de vous ou même dangereux pour vos enfants et la culture, ne vous découragez pas !  Le Rocaille s’est fini en 1789 par une révolution et quelques têtes coupés, il en sera sans doute de même pour cet Instagram et leurs utilisateurs.

Sacha Noyé

©cc/sachanoyé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s