Hey Djay, la série : «C’est l’histoire d’un dj…»

Rencontre avec Sidney « Djay Koi » Suivant, le créateur de ce dessin animé pas comme les autres.

Les scénarios sont abracadabrantesques et farfelus : réalité ou fiction ? Hey Djay, un nouveau dessin animé street, raconte les aventures de Dj Koi et toute sa bande, au travers de petits épisodes remplis d’humour et d’ironie. 

    Le trait est-il vraiment exagéré ? Quand on parle avec Sidney il devient pertinent de se poser la question. Car le dj de la série, et bien c’est lui dans la vraie vie. Le ton est vite donné, c’est la bonne humeur qui est de mise. Le « véritable » Djay Koi expose le cheminement de ce dessin animé, de l’idée à sa consécration.

   Ça fuse à grande vitesse dans l’esprit du dj. Au vu de son expérience dans le monde du djing, il lui vient un jour l’idée de créer une série animée sur ce qu’il observe en soirée. Finalement pourquoi pas ? On y voit tellement de choses improbables. C’est en 2015 qu’il fait la rencontre d’Aaron, artiste graffeur, et que le projet commence à prendre forme. Tous deux tombent vite d’accord sur la démarche à suivre. Un format court, des personnages caricaturaux, des épisodes hors-série, et un dérivé : « Le bazzar du web ». L’osmose qui émerge de ce duo porte ses fruits : à peine après six mois de diffusion, les retours sont déjà unanimes. La série plaît : « Nous on a fait ça pour le kiff, on trouvait ça marrant. Mais quand on a balancé les premiers épisodes en 2017, on n’a pas compris ce qui s’est passé. On venait tout juste de commencer et on a bugué devant le nombre de vues ! ».

Hey djay la série

« On voulait vraiment que notre dessin animé ait un côté street »

   En quête de fraîcheur mais aussi de réalité, on comprend que sous l’aspect fiction au deuxième degré, se cachent des petits clins d’oeil à une véracité bien connue dans le monde de la nuit. Quand commence vraiment la fiction ? On se dira peut-être que c’est du too much mais beaucoup d’éléments relèvent du vécu : « L’épisode avec la fille qui fait du beat-box et qui ne lâche plus le micro c’est vrai à 100% », raconte Sidney. Il poursuit en riant : « Je l’avais faite venir pour qu’elle fasse une petite démo et finalement, la meuf ne voulait plus me rendre le truc ! ». Pareil pour les videurs de l’entrée du club, exagère-t-on vraiment lorsqu’on prétend qu’ils n’ont qu’une phrase à la bouche : « Ça ne va pas être possible. » ?

  Le champ d’interprétation reste libre, nourri par l’expérience et l’imagination du spectateur. Ce qui est sûr c’est que même si Hey Djay se veut être une série parfois moqueuse, ce n’est jamais méchant : « On se marre, mais on ne juge pas. Et c’est aussi ce qu’on voulait avec Aaron, ne serait-ce qu’en me mettant, moi-même en scène. C’est une manière de dire que là-dedans on est tous ensemble pour en rire. ».

  Et la suite ? Sidney ne passe pas par quatre chemins : « On va faire évoluer les personnages, avec plein d’histoires qu’on a déjà pensées. Après, on voulait vraiment que nôtre dessin animé ait un côté street, donc ça par contre ça ne va pas changer. », il ajoute : « C’est ça qui est bien avec Aaron : ses traits font que dans tous les cas ça sera très Hip-Hop ». Il terminera par conclure : « En fait, on a un résultat qui se rapproche des Lascars dans le dessin, et de South Park dans l’animation. Finalement quelque chose de simplissime mais très explicite.».

C’est qui Djay Koi ?

Photo dj koiMake it mooove : Sidney, pourquoi tu t’appelles Djay Koi ?

Djay Koi : Ah (rires) c’est une drôle d’histoire ça aussi ! J’avais plein de blases et un jour que je mixais en soirée, quelqu’un est venu me dire « Hey ! C’est lourd ce que tu joues, c’est dj quoi ? Mais on ne s’entendait pas à cause de la musique et c’est parti d’un malentendu. Et là mon cerveau il a vrillé et j’ai dit : « Ouais ! C’est mon nom ! ». (rires)

Make it mooove : Tu t’es mis dans le djing en quelle année ?

Djay Koi : J’ai commencé quand j’avais 17 ans, à la période New Jack Swing/ R’n’B mais je ne me suis mis dans le « game » qu’il y a dix ans.

Make it mooove : Et pourquoi ?

Djay Koi : Parce qu’en fait à la base c’était personnel. Assez intime. Moi j’étais là tranquille, je scratchais dans ma chambre. J’étais super déconnecté de ce qui se faisait. Je n’ai jamais cherché à briller, que faire kiffer les gens autour de moi. C’est pour ça que je me suis professionnalisé tard.

Make it mooove : On te sent rapide dans ta manière de conceptualiser ce que tu fais, tu nous explique ?  

Djay Koi : Bah je ne sais pas il faut que ça bouge, sinon on a l’impression de tourner en rond. Je suis dj, okay, mais je ne veux pas faire que ça ! (rires) Je fais des prods, je produis des artistes… Il faut donner, le partage il n’y a que ça de vrai. C’est pour faire plaisir aux autres. C’est ça en fait le kiff.

Make it mooove : Du coup tu te définis comment ?

 Djay Koi : Comme un artiste, dj, mais qui développe plein de choses. Il faut voir plus loin que le mec qui passe que des disques.

 

Pour retrouver toutes les actualités relatives à Hey Djay la série, Make it mooove vous invite à rejoindre les pages officielles sur les réseaux sociaux :

Facebook / Instagram / Youtube

 

Nawal.B

©cc/djaykoi/aaron

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s