La Jam au Café Oz Rooftop : une immersion step by step au creux de la house

   Mercredi 28 février, 20 heures. Jour de match pour les footeux, qu’en est-il pour les danseurs ? Le Café Oz Rooftop, posté sur le toit de la Cité de la Mode et du Design à Paris, leur propose une session jam. Dj Sonikem et Dj Fukisama, c’est la fusion de deux styles, pour une soirée mémorable.

 Les marches s’enchaînent sur le Quai d’Austerlitz. Accompagnée par le clapotis de la Seine, l’ascension vers le toit se fait silencieuse. On arrive devant le Café Oz Rooftop : changement d’ambiance ra-di-cal. Exit l’atmosphère verte et métallique de la Cité de la Mode et du Design, on bifurque dans hémisphère sud.

8419053287_c4cff34411_z

   Le visuel est chatoyant, le style : baroudeur. Les murs tantôt en mosaïque colorée, tantôt en bois patiné composent bien avec l’éclairage tamisé du bar. Il est 19h45, et même si les djs Sonikem et Fukisama sont déjà aux platines, l’ambiance reste cosy, détendue, chill. Des écrans et projecteurs sont déjà branchés sur France 3 en prévision du match PSG-OM. Quelques travailleurs profitent des dernières minutes du happy hour, sirotant tranquillement des verres entre eux.

90541885_MLI6MRapgWzpp-lpvGN2wa0b2YW5mjkSr2C6kYmXat4

   Les minutes passent, et le Rooftop se remplit. On passe de la deep house à l’afro. Le public est varié, des jeunes, des trentenaires, des quinquagénaires. Cela dit, on reconnaît d’emblée la communauté des danseurs. Lorsqu’ils franchissent le seuil de la porte, instinctivement le tempo entre en eux. Des petits va-et-vient de la tête d’avant en arrière, l’annonce d’un « Jack in the box » [ndlr : un des mouvements de base de la house dance] ? Il est 20h30 quand je rencontre Amel. À 29 ans, danseuse spécialisée dans le locking [ndlr : un des disciplines du hip-hop], elle danse avec deux autres personnes. En habituée des jam sessions, ce qu’elle aime c’est échanger avec les autres danseurs. « Il y a des bonnes vibes ce soir, mais j’aurais aimé que les sons soient un peu plus généralistes avec un peu de hip-hop ou de funk. Et qu’il y ait un peu plus de monde. », me dit-elle avec un grand sourire avant de retourner danser.

   Un peu tôt pour vraiment se laisser aller ? Jerem’s, supporter du PSG, semble trouver son compte : petits mouvements par-ci, et quelques coups d’œil sur les écrans, histoire de suivre le match. Le poppeur de 23 ans, est plus friand de battles que de jam sessions. Pourtant, il est là : « On m’a forcé à venir ! ». Mais finalement il terminera par nous confier : « En vrai l’ambiance est cool, et elle représente bien la devise du Hip-Hop : peace, love and unity ». Boy Noscript, lui, est venu de lui-même. Plus connu sous sa casquette de krumpeur, c’est curieux de découvrir un nouvel endroit qu’il s’approprie la piste… en house ! « C’est top, ça permet de sortir de son cadre de prédilection et de rencontrer d’autres danseurs avec qui on n’aurait pas échangé. Et puis ça booste l’apprentissage. ». Il ne reste pas longtemps, la piste le rappelle. Il est 21h30, le binôme Fukisama / Sonikem décide de donner un coup de boost à la soirée. Big Shaq, « Man’s not hot » version afro house : la soirée décolle d’un coup.

28424120_900272523469110_6464902587660203662_o

« Mais vive la danse wesh ! »

   On ne voit plus le temps passer, quelle heure est-il ? Aucune idée ! La musique a eu raison de tout le monde. Qu’ils soient danseurs, barmaids, videurs, ou fêtards de passage, tout le monde est gagné, de la piste au comptoir. Les langues et les corps se délient. Des sourires se dessinent sur tous les visages, les passages défilent, les sons s’enchaînent et se déchainent ! L’osmose qui émane des djs contamine la jam jusqu’aux plus discrets. Greyson, le jeune photographe de l’établissement semble conquis : « C’est marrant de voir le Oz comme ça ! », me dit-il avant de clamer survolté : « Mais vive la danse wesh ! ». Bon et bien, ça c’est dit ! Yves-André, videur depuis l’ouverture du Rooftop, prend son service à l’intérieur plutôt qu’à l’entrée. Il n’oscille pas d’un poil bien que son visage le trahisse. Pas très loquace, il esquisse tout de même un sourire : « J’aime vraiment bien Dj Sonikem et les évènements qu’il organise sont toujours comme ça. ». Décidément, la soirée fait l’unanimité.

27355638_887082664788096_7712591573005667480_o©cc/cafeoz

   Tiens, tiens, mais qui aperçoit-on dans un coin de la salle ? Vêtu de noir, et arborant une écharpe en wax, il serait presque passé incognito : Karlos le Kameleon, danseur de house. Adossé à la tribune des djs plutôt que sur la piste, il observe, l’œil malicieux. Je vais à sa rencontre pour lui demander pourquoi il ne danse pas. « Je sors d’un cours que je viens de donner », répond-il en riant. « Je ne connaissais pas l’évènement, mais Dj Fukisama fait partie de mon collectif, alors je suis passé le soutenir. Je fais mon repérage et en même temps je kiffe . Mais je reviendrai à la prochaine édition, j’aime bien. ». And the beat goes on.

27500185_887080224788340_8808659482327198398_o

 

Un évènement au service des cultures Hip-Hop et Clubbing

   Ça house dur ! Le dancefloor est noir de monde, les chemins pour tenter de gagner la tribune des djs deviennent périlleux. Comment les rejoindre sans se faire intercepter par un bras duquel on gêne la trajectoire ? La session touche presque à sa fin lorsque se faufiler vers la loge de Sonikem et Fukisama est jouable. C’est avec Dj Sonikem que j’échange d’abord. À l’initiative de plusieurs évènements hip-hop et house au Rooftop, il explique qu’il est naturel pour lui de le faire : « Ma démarche, c’est de mettre la culture à la disposition de tout le monde, c’est pour ça que je fais beaucoup de choses où l’entrée est gratuite. ». « Quand j’étais plus jeune, je voulais sortir mais je galérais, donc c’est normal de prendre en compte le fait qu’une partie du public qui n’a pas forcément les moyens. », ajoute-il avant de reprendre son set.

    « Ah c’est mon tour ? Non j’viens pas ! » me lance Dj Fukisama en faisant mine de partir. Il revient, taquin, pour exposer ce qu’il souhaite transmettre par sa présence :        « Sonikem et moi ça fait plus de 20 ans qu’on est dans le milieu de la danse. Ce qu’on cherche à faire c’est réunir à travers ce qui touche tout le monde. C’est simple, mais la danse c’était ça avant, l’échange, le clubbing. On cherche à faire renouer les danseurs avec ces aspects-là, qu’ils s’amusent facilement. C’est vraiment ces valeurs qu’on veut véhiculer. ». C’est passionné qu’il termine : « Tu vois ? Là c’est la diversité, des personnes de tous les milieux sociaux, de toutes les couleurs, c’est convivial. C’est ça le plus important. ».

  Petit à petit le Café Oz Rooftop se désemplit, sous le couvert du duo imparable. Ceux qui sont venus repartent satisfaits, requinqués par le spirit of house de cette session. C’est avec de franches accolades, que se disent les « au revoir ». On reviendra, c’est certain !

Toutes les soirées du Café Oz Rooftop sont annoncées sur Facebook, pour les intéressés. De même pour les actualités des évènements auxquels participeront  Dj Sonikem et Dj Fukisama. 

Nawal. B

©cc/cafeoz

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s